Le système pédagogique de l’UVS dans une phase de transition évolutive marquante pour l’année académique 2018-2019

Mercredi 23 janvier 2019 – Tout le gratin du corps professoral de l’Université virtuelle du Sénégal (UVS), s’est réuni autour du Coordonnateur, le Professeur Moussa LÔ pour présenter les grands chantiers de réforme prévus dans l’organisation du système pédagogique. Compte tenu des évolutions récentes notées dans l’environnement général de l’Université, notamment l’accroissement de près de 30% des effectifs d’étudiants ou la nécessité d’inclure de manière plus importante les tuteurs, l’Institution a entamé une suite de réflexions profondes à même de faire face à ses nombreux défis, dans la perspective d’amélioration continue de son système.

Dans un contexte en pleine mutation et de besoin d’adaptation de ses usages, l’Université virtuelle du Sénégal s’est engagée à développer de nouvelles réformes centrées sur la qualité des cours distribués et l’amélioration des conditions d’encadrement de ses étudiants.

Des mesures concrètes pour accompagner la compétence des tuteurs

Ainsi, le mode d’enrôlement des tuteurs a été le premier point longuement abordé par le Professeur Abdourahmane MBENGUE. Il a rappelé en substance leur rôle important dans le dispositif d’enseignement de l’UVS et par conséquent la nécessité qu’ils prévalent de qualifications suffisamment solides pour remplir correctement leurs missions. Dans cette optique, son plaidoyer s’est articulé autour de la mise en place d’un programme de formation certifiée, pour s’assurer que ces derniers répondent aux différentes exigences professionnelles.

Cela relève selon lui, d’un double intérêt aussi bien pour l’institution car cela participe de la qualité de ses formations, que pour le tuteur qui pourra prétendre à l’issue de la formation, de savoirs identifiés dans un référentiel donné et dont la maîtrise est considérée comme nécessaire pour exercer efficacement son activité dans son domaine d’actions.

Le programme présenté par le Professeur Mbengue revenait également sur les prérequis du candidat, la dualité théorique et pratique des examens, le calendrier pour un développement optimal de leurs compétences et un positionnement conforme à leurs attributions, afin de former, transmettre, animer et accompagner au mieux le parcours du «tutoré».

Classe inversée : évaluation des contenus de cours par les étudiants

L’évaluation de l’enseignement dispensé est également un point important qui marquera le lot des améliorations prévues et qui s’inscrit dans le processus d’optimisation continue de la formation. Selon M. DIA et M. DIOP respectivement, Directeur des Etudes, de la Recherche et de l’Innovation et Directeur de la Formation et de l’Ingénierie pédagogique, elle visera à obtenir des retours concrets, relevés à partir de questionnaires afin d’éclairer sur les points forts et les points à améliorer.

L’exploitation des résultats obtenus avec le concours des étudiants, fera l’objet d’études statistiques pour mesurer le taux d’agrément des cours.

Ainsi, l’approche par la participation des étudiants devrait offrir un support très utile à l’UVS mais aussi contribuer à responsabiliser ces apprenants, leur permettant de contribuer pleinement au développement des stratégies d’enseignement.

Bien entendu tout cela se fera dans le sens d’une démarche qualité définit sous la forme d’un référentiel. Ce dernier permettra à l’UVS de se positionner par rapport à des critères définis, et de prendre des mesures précises pour en améliorer ses performances générales.

Les étudiants inscrits en formation continue et le régime sport étude

A sa suite, M. DIA, est revenu sur les cas des étudiants en régime particulier. Il s’agit de leur permettre, sous certaines conditions de pouvoir bénéficier d’aménagements d’emploi du temps et du mode de contrôle des connaissances. Il concerne ceux empêchés pour des raisons professionnelles, familiales, personnelles ou en situation de handicap. Adama DIALLO, Directeur des Espaces numériques ouverts a présenté dans son sillage le dispositif pensé pour les étudiants sportifs de haut niveau. L’idée, selon M. DIALLO, c’est de les soutenir pour qu’ils puissent mener de la manière la plus efficiente possible, une préparation sportive ambitieuse et les études. Les aménagements se feront au cas par cas et dans le cadre d’un examen par une commission.

Ces différents aménagements réalisés selon les cas, porteront sur tout ou partie des modalités pédagogiques, et notamment sur celles relatives aux apprentissages ou aux examens. Même si ce n’est pas simple de faire de la gestion individuelle dans des formations où figurent des centaines d’étudiants, les intervenants conviennent que tout cela doit être souple pour pouvoir être efficace.

Les pôles au cœur du système

Le Coordonnateur a salué le fonctionnement des pôles, qui selon lui a beaucoup contribué à améliorer le système pédagogique dans son ensemble. Il en veut pour preuve la réduction sensible du nombre de réclamations qu’il reçoit. Le Professeur Jean Louis CORREA, Responsable du pôle Sciences de l’Education et de l’Administration (SEJA) confirme ces propos, en présentant des statistiques probantes sur un amenuisement de 107 à 2 réclamations reçues, entre la Promotion 4 de l’année 2017 et la Promotion 5 de l’année 2018.

Fort de ces faits encourageants, mais aussi de l’augmentation du temps de travail du au nouvel effectif d’étudiants, les responsables de pôles ont par la voix de M. Oumar MBODJ, Responsable du pôle Sciences, Technique et Numérique (STN) et de M. Mamadou Vieux Lamine SANE, Responsable du pôle Lette Sciences Humaines et de l’Education (LSHE), présenté l’organigramme de fonctionnement optimal, faisant état d’une dichotomie nécessaire entre le département pédagogique et celui administratif, mais aussi le renforcement de personnel nécessaire à leur fonctionnement respectif.

Un final explicite du Coordonnateur

Dans son mot de clôture, le Pr. Moussa LÔ a salué les efforts consentis par l’ensemble du Personnel Enseignant et de Recherche, à travers les pôles et leur rôle manifeste dans la stabilisation des programmes. Il a également tenu à les rassurer sur l’amélioration de leur condition de travail, leur confirmant la prochaine mise à disposition de matériels et arborant la revalorisation des Responsables de Formation au rang de Chef de Département. Mais il a également souligné la particularité de l’UVS, la logique de devoir observer une évolution progressive des choses et sur ces entrefaites, la nécessité pour les collaborateurs de s’atteler à toutes les tâches relevant du fonctionnement des pôles.

À travers cet atelier d’échanges et la volonté d’amélioration des méthodes d’enseignement et d’apprentissage, l’UVS souhaite ainsi contribuer à une plus grande efficacité de ses pratiques pédagogiques.

Atelier pedagogique 1 (1)
Atelier pedagogique 1 (6)
Atelier pedagogique 1 (4)
Atelier pedagogique 1 (3)
Atelier pedagogique 1 (2)

Télécharger la version pdf de l’article

Cheikh Diawara

 

Laisser votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *